Galerie Songes

 

Grouille-Gribouilles

Gribouilles

 

Le monde de Roger grouille de gribouilles, mais il y a un prix à payer : en effet onéreux onirique d’un artiste qui sonne son public en le séduisant !
La profondeur d’une œuvre provient des différentes strates qu’elle offre à sa lecture. Les grouille-gribouilles paraissent gais et colorés de prime abord, comme un rêve d’été offert lorsque la grisaille domine, mais peuvent rapidement devenir inquiétants et perturbants, comme un cauchemar auto-imposé quand le regard creuse et les deux visions – celle du peintre et celle de son public – se rejoignent en se superposant.

Le paradis comporte fatalement une part d’enfer et la vision paradisiaque en surface peut devenir cauchemardesque en profondeur. Les grouille-gribouilles entrouvrent une porte que certains préfèrent laisser fermée. A titre personnel, je préfère m’y aventurer, dans ce no man’s lands psychédélique, et laisser résonner cette œuvre au plus profond de moi-même, quitte à en payer le prix !
 
Bravo Roger ! 

Harm Diepenbroek
 

La galerie